Vidéos

& reportages

 

Ce jeudi 20 septembre a vu la nomination d’un nouveau recordman à la Base de Vitesse de Brest. Avec une vitesse moyenne de 28,31 nœuds réalisée lors d’un run sur 500 mètres, Bruno Boizard est le nouvel homme à battre en Kite Twin Tip ! Une belle performance pour cet amoureux des sports de glisse, qui partage sa passion avec sa compagne, Faustine Merret, ex championne de planche à voile, médaillée d’or aux jeux olympiques d’Athènes de 2004.

Bonjour Bruno. Tout d’abord, un grand bravo pour cette belle performance réalisée en rade de Brest. Peux-tu revenir pour nous sur les sensations que tu as vécues sur l’eau ?

J’ai eu très peu d’occasions de naviguer en Kite-Foil cette année. Ce lundi marquait la reprise des entraînements en kite, plusieurs semaines après la Coupe de Bretagne de longue distance, organisée en juin dernier par SRD (Bruno termine 2e en Formule41). L’occasion pour moi de tester mon nouveau Foil Spotz, un superbe joujou pour gagner en vitesse ! Je suis ravi car les chronos sont très prometteurs ! Lundi, première journée de navigation, le compteur a affiché une vitesse de 28,57 nœuds de moyenne sur 500 mètres. Deux jours après, il enregistrait une Vmax de 30,05 nœuds ! Cela m’a rappelé l’International Kitefoil Speed en 2014, compétition au cours de laquelle j’avais réalisé une Vmax à 32 nœuds. Autant vous dire que lorsqu’on atteint une telle vitesse, l’équilibre est très difficile à maintenir. Pour éviter la chute, il faut être constamment gainé ! Pour revenir sur ma performance de jeudi, je suis parti sur l’eau en Kite Twin Tip avec une configuration surtoilée. Je ne pensais pas aller aussi vite, en réalisant un run de 28,31 nœuds sur 500 mètres, avec une Vmax affichée à 30,35 nœuds ! Une belle surprise ! Il ne me reste plus qu’à régler mes trajectoires, la position de mon aile dans la fenêtre et surtout le bonhomme, afin de gagner en vitesse et aller titiller Arnaud le DIABAT en Kite-Foil (rires) !

Tu partages cette passion de la voile et de la glisse avec ta compagne, Faustine Merret. Au quotidien, comment vivez-vous cette expérience tous les deux ?

Faustine et moi avons eu peu d’occasions de naviguer cette année. J’ai repris des études d’infirmier à l’IFSI du CHRU et Faustine est devenue Professeur d’EPS aux STAPS de Brest. Les sorties en mer à deux restent rares... Nous naviguons plutôt à tour de rôle, afin de surveiller notre fils Aaron ! En ce qui concerne la Base de Vitesse de Brest, nous aimerions performer en tentant des runs sur d’autres supports, comme le SUP ou le Slalom.

Merci Bruno de nous avoir accordé de ton temps pour cette interview. Bonne continuation et à très bientôt sur l’eau !